Changez de lunettes ! Passez à la tri-articulation sociale

la tri-articulation sociale gravée dans la pierre« Il faut changer de logiciel…, de paradigme…, voir le monde autrement que comme on l’a toujours fait… »  Derrière l’injonction, comment faire concrètement ? J’ai découvert récemment une approche : la tri-articulation sociale ou trimembrement,  qui m’a bluffée pour plusieurs raisons.

  • la première, c’est que c’est – pour moi – incroyable de cohérence, d’intelligence théorique et pratique, de profondeur.
  • la deuxième, c’est le remarquable travail de vulgarisation réalisé par les promoteurs de cette approche, qui m’a permis d’y accéder.
  • la troisième, c’est que derrière cette vision très en phase avec notre monde actuel, se cache un penseur du début  du XXe siècle, qui avait à cœur que plus jamais le chaos de la guerre mondiale ne se reproduise. Il est mort en 1925 et sa pensée reste d’une urgente actualité.

Comme le corps humain est organisé en trois systèmes relativement indépendants, fonctionnant de manière propre et coordonnée – le système neurosensoriel, le système rythmique et le système métabolique- le « corps social » est composé de trois systèmes, ou sphères,  qui doivent chacun fonctionner selon sa propre loi pour une coordination harmonieuse de l’ensemble, et donc un corps social sain.  Ce sont les sphères « vie économique », « vie juridique », et « vie culturelle ou spirituelle ». Tel est le  fondement de la pensée de Rudolf Steiner, appelée « tri-articulation sociale ».

La vie économique concerne la production, la circulation et la consommation des biens et services ; la vie juridique concerne le droit et la vie de l’Etat ; la vie culturelle (ou spirituelle) sont les activités scientifique, littéraire et artistique, l’éducation, l’activité religieuse… bref la vie de l’esprit.

Ces trois domaines sont indépendants. On peut déjà repérer qu’avec cette grille de lecture, l’Etat n’a pas à se mêler d’économie, ni l’économie se mêler de la vie littéraire et artistique… La sphère juridique doit établir les règles qui permettront à la vie économique de fonctionner, de même qu’à la vie culturelle de fonctionner. L’éducation n’est pas dans le champ de la vie économique. il s’agit d’autre chose, il y a un autre équilibre de fonctionnement à trouver.

Cela semble en contradiction avec la pensée courante… et en même temps, ne peut-on observer que peut-être notre économie est malade de sa toute puissance (elle envahit les autres sphères) ? Que le juridique et le culturel ne sont pas régulé comme il le devrait, c’est à dire de façon autonome et indépendamment des autres sphères  ? … Soyez curieux, allez découvrir l’article introductif

Vos commentaires sont bienvenus, comme toujours.